Nos partenaires officiels :

logo CM 68 300dpi.jpg
radiance_logo2019_cmjn.jpg
PLANETE COM.JPG
france_3_bourgogne_franche_comte.jpg
Logo Subway.Vert.png
Mulot & Petitjean Logo.png
Logo+iridologie+cercle.jpg
ATHLETIC GYM.png

L'eau essentielle à la vie

Eau du robinet, en bouteille ou filtrée, il est difficile de savoir quelle eau est la meilleure pour la santé. Voici des informations permettant de faire votre choix.

Utilité de boire de l'eau :

L’eau pure et faiblement minéralisée, par un mécanisme d’osmose, permet de déloger les minéraux usés logés dans nos tissus et de les ramener vers le sang qui va alors les transporter vers les organes d’élimination.

Attention : la consommation de thé, tisanes, de boissons aromatisées et autres, n’a pas les bienfaits de boire un bon verre d’eau.

L'eau du robinet :

Suivant les villes, l’eau du robinet contient du chlore, des minéraux (1), des pesticides (2) et parfois d’antibiotiques (3). Malgré le traitement des stations d’épuration pour permettre une consommation d’eau potable sans danger, cela n’indique pas qu’elle soit bonne pour la santé.

D’après Jacques Collin (4) (ingénieur, auteur et conférencier spécialisé sur l’étude de l’eau), « les traitements chimiques et le chlore en particulier tuent toute forme de vie par aseptisation... :

Le chlore va provoquer une destruction microbienne, ce qui est une bonne chose, mais de nombreuses études ont démontré que la destruction des microbes provoque l’accumulation de détritus qui se reconstituent en virus! En traitant chimiquement l’eau du robinet, on tue le microbe mais pas le virus.

La stérilisation de l’eau, quel qu’en soit le procédé, comme les rayons ultra-violets, va induire son oxydation.

La dureté de l’eau, c’est à dire sa teneur en calcium et en magnésium, est aussi un danger pour notre organisme. En effet, le calcium contenu dans l’eau du robinet ne recalcifie pas le corps mais s’accumule dans notre organisme pouvant provoquer des désordres comme la maladie de Paget ou être une cause d’ostéoporose et d’artériosclérose par un durcissement des artères ».

Ces trois facteurs entraînent notre corps sur un terrain de dégénérescence. Pour ces raisons, Jacques Collin déconseille la consommation de l’eau sortant du robinet directement en eau de boisson. En effet, elle provoque l’accumulation de métabolites indésirables que le corps va chercher à éliminer par les urines jusqu’à saturation.

Les eaux minérales :

Les eaux en bouteille deviennent problématiques pour la santé de notre planète (schéma 1) et de notre corps. Une nouvelle étude de l’Université de Floride montre des niveaux de bisphénol A (ou BPA) dans les bouteilles d’eau en plastique, en raison de sa réactivité à la chaleur, ce qui est nocif pour la santé (5).

De plus, l’eau minérale prise à la source n’a rien à voir avec la même eau embouteillée. Dès l’embouteillage, les minéraux se désactivent et par voie de conséquence ne sont plus assimilables. En effet, nous sommes des Êtres Humains hétérotrophes (contrairement aux plantes qui sont autotrophes), l’homme n’est pas apte à synthétiser les minéraux à partir d’éléments inorganiques (eaux de source ou du robinet). Il ne peut les assimiler qu’à partir du moment où ils ont été préalablement transformés par les végétaux (4).

Votre corps ne peut assimiler tout au plus que 1% de minéraux contenus dans l’eau. Les 99% autres ne sont  pas assimilables et encrassent l’organisme. Le Professeur Henri Schroeder (6), spécialiste mondial en matière de minéraux, l’a constaté et démontré.  Travaux confirmés par le Professeur Degrez qui lui a démontré que le calcium de l’eau ne peut être absorbé par vos intestins (7).

Pour choisir une eau minérale en bouteille, regardez la quantité de résidus à sec sachant que le seuil tolérable est de 100/120 mg/l maximum. Le pH de l’eau est également important, il doit être légèrement acide, c’est-à-dire à (7).

Pour couvrir notre besoin en  minéraux, manger des végétaux qui sont organiques et ainsi directement assimilables par notre corps.

Quelle eau boire ? :

Il existe plusieurs types de filtration de l’eau plus ou moins efficaces. Attention aux carafes filtrantes qui ont été pointées du doigt pour des résultats contrastés et qui peuvent être des nids à mauvaises bactéries (8).

Pour connaître les différents systèmes efficaces, vous pouvez me contacter directement.

Quelle quantité boire ? :

Il est indiqué de boire beaucoup. On oublie souvent que cela dépend aussi de votre alimentation, si celle-ci est très riche en légumes et fruits (chargés en minéraux assimilables) c’est une source d’hydratation. L’apport en eau sera donc moins important.

A quel moment boire ? :

Boire durant les repas dilue les enzymes digestifs : cela perturbe la digestion.

Il est donc préférable d’arrêter de boire 30 mn avant les repas et ne reprendre que 2h après… (4)

L'eau et le sport (9):

L’exercice physique quand à lui entraîne une perte hydrique variable en fonction de nombreux facteurs : type d’intensité de l’exercice, conditions cliniques, niveau d’acclimatation, équipement porté. Une perte hydrique trop importante est susceptible d’altérer les performances physiques mais aussi mentales (augmentation de la sensation de fatigue, diminution des temps de réaction). Par conséquent, une bonne hydratation est indispensable. La perte hydrique étant différente suivant les personnes, il convient d’adapter sa consommation d’eau. Pour cela, le mieux est la double pesée :

Cette méthode consiste à se peser juste avant le début de l’entraînement. Cette pesée doit se faire en étant sec, nu si possible, et en ayant uriné avant.

La deuxième pesée se fait immédiatement après la fin de l’entraînement, avant d’avoir commencé à boire pour se réhydrater. Cette pesée doit se faire dans les mêmes conditions que la première (sans avoir vidé la vessie avant cette fois).

La différence entre les deux pesées correspond au déficit hydrique des suites de la séance. Les recommandations préconisent de ne pas perdre plus de 2% de son poids du corps. Ainsi, cette méthode permet d’estimer les besoins hydriques de manière simple et objective.

Logo+iridologie+cercle.jpg

Article écrit par Leslie FOSSET - Naturopathe Iridologue à Dijon

Site internet : www.naturopathe-svb.fr